Blanc, Manger, Coco mais rien de sexuel…

…quoique!
Entre 2 doigts finger in the noze (ou ailleurs) et une double pérégrination (trajet complexe d’un lieu à un autre dixit le Larousse) nos soirées d’avant vélo (du matin) mais d’après l’apéro du soir, ne sont jamais communes, basiques ni dénuées de sens verbales.
Voire même incitative à la douche de minuit quand le mot pénétration pénètre le neurone d’un chaud lapin qui prend tout en levrette (enfin on se doute) mais surtout avec la pine (ça, on en est sûr). Est-elle décatie, ça on ne sait pas et on ne le saura jamais car on ne demandera jamais ni à l’un ni à l’autre? L’homme aurait pu œuvrer dans l’animalerie (non, non pas la zoophilie, Philippe, enfin !) mais plutôt que de prendre la tangente et de partir en asymptote, il a préféré faire dans le radial. En tous cas, bravo pour le physique du lendemain, toutes racines confondues.
Jamais mal à la tête car, notre maître à penser et érudit musical (il suit tous les yéyés de la planète même et surtout quand ça chante Français), est capable de nous servir et de nous distiller des potions magiques savamment dosées et alcoolisées. Un must mais le dressage par sa douce n’a pas été de tout repos (m’a-t-elle confié sur l’oreiller dans un avenir futur :).
Son bilan: toujours le sourire en coin et réveil en douceur pour une plénitude journalière. Le câlin du matin est calé sur la musique en boucle, histoire de trouver un rythme, si ce n’est un sens, à cette belle journée qui débute.
Autrement, en tour de table (interdit par  le préfet en goguette ce vendredi), pas spécialement de distance pratique mais surtout de la pratique du tire-bouchon et du pétage de capsules. La bière houblonnée coule à flot, tout le monde pioche dans le bac à pop-corn et comme il faut que 70% de la population soit atteinte du Covid, on participe comme on paye nos impôts. On y va de bon cœur et en rigolant. On est content de participer. On aurait pu jouer au Traderi-dera pour s’embrumer l’esprit mais le Blanc Manger Coco nous a été servi en coin de table avec des réponses taillées à la Bigard pour certaines qui ont l’avantage de dérider les zygomatiques et d’envoyer une petite goutte dans la culotte tellement on est MDR.
Encore un week-end loin de la foule, sans sport ni efforts physiques, des matinées SOBRE pour Fred, des soirées sans hydratation excessive, ni mal de coudes, au bruit du tambour et des trompettes, surveillés de près par la marée-chaussée qui justement, l’un devait avoir un cors au pied tellement qu’il battait la mesure, du pied.
Joli passage au lac. C’est toujours mieux qu’au tabac 🙂

Col de Fraisse-Bee Line (enduro) Tour TDF-Monestier de Clermont-Côte Rouge-Bee Line Tour TDF-Twenty Twenty-Bee Line Tour TDF-Monestier de Clermont-Côte Rouge-les Polonais-les Sagnes-sentier Nature Passerelle de l’Ébron-col de Cornillon-l’Aurouse-plaine de Lachaud, passerelle, sentier Nature


Neil Young et son légendaire coup de gratte !

2 commentaires sur “Blanc, Manger, Coco mais rien de sexuel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.