Ou plutôt, on a subit les évaporations de sa plaine, du Pô, journées brumeuses et humides, aux gouttelettes d’eau qui vous transperceraient un breton givré au chouchen, rentrant chez lui après 6 semaines parti en pêche dans la tempête…
La nebbia est aux Italiens ce que le brumisateur est à la culture bio: un brouillard de vapeur d’eau, parfois associé au vent, histoire de jouer sur la chute de l’isotherme zéro…
Subir la nebbia peut même nous perturber dans notre jugement: on pourrait confondre hygrométrie et hydrométrie. On n’est plus à une histoire de Q 🙂
De plus, à cause de la Covid 19, les refuges ne fournissaient pas les couvertures et il nous a fallu trancher entre le duvet et la doudoune, ou les 2, ou pas. En tous cas, on avait pratiquement tous un truc en plumes, en duvet d’oie, quoi.
Mais nos journées furent belles pour plusieurs raisons: la rareté de se réunir, de mettre des noms sur de nouvelles têtes, d’intégrer de nouveaux participants, de partager des moments dans la joie, la douleur, le froid, l’effort, d’arsouiller en descente ou d’éviter l’OTB (journalier) 🙂
Les 2 derniers repas en refuge furent improbables en qualité et quantité avec un ++ pour la polenta à la crème de Gorgonzola !!!
Quelques sentiers ne sont pas à réitérer (en vélo) et on a même porté le VTT sur des sentiers à descendre et descendu des sentiers à porter. Le défrichage est ce qu’il est et c’est bien pour cela que l’on signe à chaque fois. Phil’Ô nous vend du rêve et du bonheur et même si l’on est escroqué parfois (souvent sur ce tour), il n’en reste pas moins que nos liens d’amitié se resserrent à chaque rencontre et si pour certains, il devient difficile de suivre le rythme, chacun a et aura, participé à bâtir ce que VTTour est et sera.
Merci à tous, le soleil était dans les mots, les sourires et les marques d’attentions de chacun. Et en Queyrasss aussi 🙂
Une dédicace à David, trop rapidement écarté du jeu. Next year 🙂

A bientôt.


Le Raid Grand Tour du Mont Viso par Phil’Ô:
http://www.vttour.fr/sorties/mont-viso,17981.html#sortie

 

L’hygrométrie est la branche de la météorologie qui concerne la mesure du taux d’humidité de l’air, c’est-à-dire la proportion d’eau à l’état gazeux présente dans l’air. Elle ne prend pas en compte l’eau présente sous forme liquide ou solide. Par métonymie, l’hygrométrie désigne la teneur en humidité de l’air.
L’hydrométrie est la branche de l’hydrologie qui concerne la mesure du débit des eaux continentales, superficielles ou souterraines. En général, l’hydrométrie concerne la mesure du débit des cours d’eau, qui s’indique avec la lettre Q.

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.